INFORMATION, CULTURE, DICTION, VALEURE MORALE AFRICAINE

INFORMATION,  CULTURE,  DICTION,  VALEURE MORALE AFRICAINE

LE TRAVAILLEUR ET SA PERPETUELLE GALERE



  =_=_ LE TRAVAILLEUR ET SA PERPETUELLE GALERE  _=_=_

 

 

Avoir du boulot au Burkina Faso n'est pas chose facile. Plus d'un le diront. C'est un véritable chemin de croix. Il faut avoir des bras long et souvent même très très long. Le système est tellement gangrené que ceux qui n'ont pas encore eu du travail et qui en cherche depuis bel lurette, ceux- là qui ont les bras court et qui le reconnaissent ne savent à quel saint se vouer. En un mot ; que les pauvres s'appauvrissent et les riches…vous connaissez la chanson.

 

Ici, on ne peut plus faire confiance à ses papiers (diplômes, attestations, connaissance pratique, théorique, et j'en passe). Ils ne sont plus le sésame ouvres-toi pour ses détenteurs.

 

C'est par coup de chance qu'on obtient un emploi. Soit par tes propres relations ce qui est rare, soit par relation des siens. Et, si on l'obtient, cela n'est pas du tout synonyme d'adieu la galère. En fait, ce n'était que des symptômes et maintenant on rentre en phase finale de cette galère.

 

Combien de gens vivent leur Golgotha dans les lieux de travail ? Dieu seul sait. Là, la chaleur humaine souffre de mis à jour.

Dans les services publics, privés, et dans le secteur informel, des travailleurs souffre de divers maux qui ne dit pas son nom. Certains chef ou patron porte atteinte à leur honneur par leur actes et dires. Parce que c'est eux…

S'ils n'ont pas été converti à la traction d'autres tâches, ces travailleurs, souffre au quotidien parce qu'on veut faire d'eux le dépotoir de tout et de rien et doivent supportés les mauvaises humeurs de leur supérieur qui, d'ailleurs n'a jamais eu de bonne humeur.

 

Ces lieux sensés être une deuxième famille devient un lieu de cauchemar pour beau nombre de travailleur.

Combien de travailleur ressent le spectre en pensent à leur condition de travail. Combien de chef ou patron terrorise leur secrétaire. Combien de subalternes ne savent ou mettre la tête Parce qu'ils vivent chaque jour dans la hantise de perdre leur emploi.

 

Dans nos pays, le droit du travailleur est bafoué et on peut le ressentir par simple constat.

 

Les chefs semblent être du même caryotype. Est-ce parce qu'ils savent qu'obtenir de l'emploi révèle d'un parcours de combattant ? Ou est-ce parce qu'ils savent que si toi l'employé quittait aujourd'hui demain quelqu'un autre sauterait vite à ta place ? Ou bien… ? Sinon, je pense que cette peur n'aurait pas sa raison d'être chez le travailleur si le système de l'emploi et d'obtention de l'emploi n'était pas comme il est aujourd'hui.

 

MAXIME...




04/01/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres