INFORMATION, CULTURE, DICTION, VALEURE MORALE AFRICAINE

INFORMATION,  CULTURE,  DICTION,  VALEURE MORALE AFRICAINE

1er MAI FETE DU TRAVAIL

 

=_=_=_ 1er MAI FETE DU TRAVAIL  =_=_=_

 

      Je ne l'avais pas en tête. C'est hier qu'on m'a rappelé qu'une fête se profile à l'horizon.

Encore ? Oui, dit mon informateur. Celle du travail, le 1er du Mois de Mai.

 

Je voulais, moi, travaillé et comme tant d'autres personnes, j'en suis certain. Mais que puisse-je contre les conventions et les conventionnelles.

 

Ok ! Nous allons, nous les employés dit non qualifier nous reposé. Même si nous n'avions pas les moyens nécessaires pour s'adonner à la fête comme d'autres nos hiérarchies, les grands travailleurs, ou que dis-je, les employés dits qualifiés le ferons.

 

Je vais expérimenter le quotidien de mes frères et amis désoeuvré qui, d'ailleurs constitue la majorité numérique dans nos pays.

 

Je vais me donner le luxe de chômer mais pas fêter, parce que j'ai pas le cœur à la fête. Pas le cœur à la fête si je vois tout autour de moi des gens qui sont condamné à travailler. Le 1er Mai et eux, il n'y a pas de protocole d'accord. Se reposer équivaut à un crime.

 

Je veux faire allusion, dans un premier temps : ces jeunes travailleurs, commercent, courageux, souvent avancé en âge qui sans marchandises fixe s'arrangeant avec d'autres commercent pour se faire des produits qu'ils revendront à un prix plus élevé afin d'avoir leur part de gain. Tout cela révèle du technique. Ils sont ambulants, qui sillonne les ruelles de Ouaga en plein soleil. Je peux en dire long parce qu'ayant vécu l'expérience.

 

Second temps : ces bravent femmes qui s'active à longueur de journée pour garantir la survie de toute une famille et dont l'on feigne d'ignoré le travail.

 

Le tic-tac des tisserandes ne s'arrêtera point des modestes concessions. Les crincements monstrueux des pédales, pour le transport du bois ne ferons pas silence et, ni les coups des balaies dans les espaces vides ne cesseront un instant en l'honneur du 1er Mai.

 

Il n'est pas rare de voire dans les espaces vides, les bas-fonds parsemer dans nos quartiers, ces femmes qui traite avec maestria le sable et, comme de coutume a longueur de journée dans l'espoir d'en avoir juste un tas de sable qu'elles revendront.

 

Si dans d'autre pays, travailler beaucoup est synonyme d'en avoir beaucoup, chez nous, soyez persuadé du contraire.

 

Où se trouve la crédibilité du 1er Mai si les vrais travailleurs n'ont point de repos. Ceux qui bossent dur et qui amassent peu.

 

Mes pensés envers ceux, de près ou de loin qui n'ont pas droit au repos. Ceux qui ne connaissent pas de fête, les jours fériés, à plus forte raison les week-ends.

 

MAXIME...



31/05/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres