INFORMATION, CULTURE, DICTION, VALEURE MORALE AFRICAINE

INFORMATION,  CULTURE,  DICTION,  VALEURE MORALE AFRICAINE

‘’Sababou’’ ou l’espoir" Festival Ciné droit libre

Au cours du Festival Ciné Droit Libre qui bat actuellement son plein à Ouagadougou, les cinéphiles ont découvert entre autres œuvres cinématographiques, le film de Samir Benchick. Intitulé « Sababou », il est consacré au quotidien du célèbre reggaeman, Tiken Jah Fakoly et à Dabson Téré dans leur lutte pour la promotion des droits humains.


 

La situation sociale et politique de l’Afrique est presqu’au centre de toutes les conversations sur le continent noir. Ce n’est pas gratuit, le thème de cette 9ième édition du Festival Ciné Droit Libre est une question qui va dans ce sens : « Où va l’Afrique ? ».

 

Le réalisateur Samir Benchick montre aux spectateurs à travers son film SABABOU qui veut dire espoir, les chemins sur lesquels s’engagent les quatre acteurs de son film documentaire. Tiken Jah et Dabson Téré sont des acteurs de la paix avec la musique reggae.

Michel Yao et Rosine Bangali jouent les premiers rôles dans la lutte des droits humains en Cote D’Ivoire. La camera de Samir Benchich accompagne partout ces acteurs afin de renseigner avec précision le combat quotidien qu’ils mènent.

 

Reggae et Paix : Dès les débuts du film, la musique reggae occupe la scène du film avec une chanson de Tiken sur la condition du continent africain. C’est aussi un autre concert de cette même star de la music africaine qui ferme le film. Sans doute, Tiken Jah apparait ainsi comme le personnage principal au centre de ce documentaire.

 

Mais la réalisation du film ne s’attarde pas trop sur cet aspect du personnage. Samir Bechich démontre qu’au-delà de la musique, Tiken Jah entreprend des actions en faveur de la paix.

Il se met au devant de la scène afin de négocier la présence des acteurs politiques guinéens comme Celou Dalein Diallo et Alpha Condé à son concert, à un moment où la tension politique est montée d’un cran.

 

Au même instant, la camera se déporte en Côte d’Ivoire. Comme son compatriote Tiken Jah, Diabson Téré s’affiche avec un double combat, une lutte pour devenir un artiste à l’image de son vieil ami Tiken Jah, qui vit de son art.

Malgré la peine à sortir du ghetto, Diabson Téré, lui, utilise sa musique pour dénoncer les injustices sociales de son pays. Sur cette scène pour la justice, Diabson Téré ne joue pas en solo. Deux autres acteurs s’illustrent dans le domaine des droits humains.

 

Mouvements et Droits de l’homme : Rosine Bangali et Michel Yao sont militants pour les droits de l’homme. La première, jeune fille, élève, est active dans la réflexion sur les questions de discipline qui touchent les jeunesses scolaires.

Toutes formes de rassemblement deviennent alors utiles pour sensibiliser les jeunes. Quant à Michel Yao, il travaille pour l’ouverture des procès qui tardent à la prison d’Abidjan.

 

Regard panoramique

La camera va dans tous les sens. Elle aborde la politique, la culture, les droits de l’homme. Elle transporte le spectateur au Mali, en Guinée et en Cote D’Ivoire. L’image de ces pays est encore plus précise lorsque le film pénètre par moments le ghetto du musicien, les salles de classes, l’univers de la prison, les bureaux travail, les scènes de spectacles.

 

Mais le regard du spectateur ne confond en aucun moment ces endroits qui ont chacun des personnages principaux. Il aperçoit la différence entre les projets des personnages que sont Tiken Jah, Dabson Téré, Rosine Bangali et Michel Yao.

Même si le commentaire est absent du film de Samir Benchik, son oeuvre traite clairement du sujet de l’espoir. C’est là que la voie de ces personnages se croise, car chacun d’eux a foi à son action de tous les jours.

 

Du même coup, il donne à voir des modèles de personnes engagés et indique quelques problèmes qui font l’actualité dans les coins du continent. Ce film vient laisser entendre ce discours extrait de l’éditorial du festival Ciné droit libre 2013 : « … le cinéma peut jouer un rôle primordial dans l’éveil des consciences ».

 

Victor Kabré

Source: Lefaso.net



28/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Actualités locales pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres