INFORMATION, CULTURE, DICTION, VALEURE MORALE AFRICAINE

INFORMATION,  CULTURE,  DICTION,  VALEURE MORALE AFRICAINE

Ouagadougou: passage d'une année à une autre

La Saint Sylvestre a toujours été une nuit de grande effervescence et de grande réjouissance partout dans le monde et plus particulièrement dans les capitales Africaine en quoi j’en sais un peu. De façon divergente, chacun allait à sa manière, de ses moyens, de sa perception de la chose.

 

 

Cependant, suivez plutôt mon regard.

Le diagnostic concernant la fièvre typhoïde, que dis-je, la fièvre toute couleur du réveillon que j’ai recueilli en cette nuit du 31 Décembre muni de mon termo-baromètre révèle ce qui suit.

 

Oui! tout comme le médecin de garde, comme le pompiste à la station d’essence, comme la sentinelle vaillant sur le magasin d’à côté, comme le policier posté au feu de stop, et tout comme l’animateur de radio ou de TV tenant en haleine ses auditeurs et auditrices…il y’en aura assez de ligne pour tant de comparatif. Comme promis, j’ai décidé d’être spectateur qu’acteur. Ne pas fêter mais plutôt observé les gens fêter.

 

21h, clap départ. Afin de m’imprégné de la température ambiante qui prévaut dans ma ville, j’ai entamé par nos quartiers périphériques tout naturellement une balade nocturne et exceptionnelle. De part et d’autre dans les 6 mètres, je distinguais à peine certaines cours d’habitations au Bar dancing qui, en l’occasion de cette nuit ont pris un trait commun. Se rivalisant de son, d’affluences, et d’amplitude de son. De Cissin à la patte-d’oie, de Goughin à Larlé, de Paspenga à wemtenga, on aurait eu l’impression que les cours d’habitations ont vomi leur occupants. La fête se fessait de partout dehors. Les pétards malgré interdit strictement de vente par les autorités depuis l’année 2005, sont curieusement en circulation et en possession des enfants qui prennent le vilain plaisir d’effrayer quiconque.

 

De bruit de fête et d’ambiance. En tout cas, les nerfs étaient à rude épreuve dans la capitale Burkinabè.

Je baignais dans cette atmosphère chaude quand brusquement, j’ai été pris de court. Un temps glacial, un contre-courant oblige en pénétrant les quartiers chic, quartier résidentiels ou quartier de luxe, qualificatif que certain leur colle. Là, ma température à chuté à moins 0°C. Silence radio, silence de cimetière. Ces habitants ne participent-il pas à la fête, ou fête t-ils au fond de leurs maisons?

Du quartier Zone du bois, Petit-paris, Ouaga 2000, je ne côtoyais que des vigiles postés ou assis devant des portes en solidaire.

St Sylvestre ou pas, il y a toujours 2 camps, 2 facettes. La loi de la dualité.

 

Il était maintenant 23h, jour-J moins 59 minute quand je prenais la direction de l’hôtel de ville. L’épicentre des festivités, ou du moins, le centre de gravité. Là où je devrais naturellement passer le plus de mon temps. Ce n’était pas mon terminus mais bien entendu mon escale oblige. Là, les Burkinabès de tout bord ont un rendez-vous avec le maire de la ville, Mr Simon COMPAORE comme de tradition à la place des Cinéastes qui fait face avec la mairie. La foule étaient immense et visiblement des estrangers parmi eux, vu la couleur de leurs peau. Tous en parfaite communion dans la chaleur humaine tout autour du grand plateau qui voyait les artistes en prestation les uns après les autres. L’ambiance était tendue d’où la montée une fois encore de ma température après le refroidissement de mes réacteurs dans certains quartiers. Elle s’est maintenue jusqu’au moment où la sirène annonçait par 3 coups de sifflet consécutifs l’avènement du nouvel an, et le lancement de feu d’artifice qui illuminait le ciel et certainement les cœurs des assistants.

 

Les gens donnent l’impression d’être de partout à la fois. Tout comme la rue et les maquis qui grouillaient de monde, les églises n’étaient pas en reste, elles refusaient son monde. Un St Sylvestre, tenez-vous bien, personne ne ferme l’œil à Ouagadougou.

 

zembalaculture@gmail.com

http://zembalacultur.mondoblog.org



08/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres