INFORMATION, CULTURE, DICTION, VALEURE MORALE AFRICAINE

INFORMATION,  CULTURE,  DICTION,  VALEURE MORALE AFRICAINE

Un instrument de musique qui parle

Le Ruudga ou violon traditionnel est un instrument de musique traditionnelle tout comme le Bindré, le Kundé, ou les Kièma mais qui n’a pas sa langue dans la poche. Le mythe qui l’entoure lui donne un caractère particulier et chargé d’histoire.


 

Le Ruudga n’est pas seulement un simple instrument de musique traditionnelle. Sur ce point, personne ne dira le contraire, en tout cas, pour ceux qui ont pu assister à la projection le Mercredi 1 Mai 2013 au petit Méliès de l’Institut Français de Ouagadougou du, tout chaud tout flamme du film « Le Ruudga parle » de Gideon vink. L’instrument a parlé et de surcroît a fait parler des gens. Que ces derniers l’on voulut ou pas. C’était en effet, à l’occasion du festival Jazz à Ouaga, son volet culturel poétique et folklorique.

 

Nous sommes dans une époque où la révolution artistique et culturelle sonne comme une évidence. « L’impact des instruments traditionnels à l’aube du XXI siècle » ainsi s’intitulait l’un de nos précédents articles pour zembalaculture. En effet, les instruments de musique traditionnelle cache en leur profondeur d’harmonieuse sonorité qu’il faut découvrir. Il nous faut donc creuser les méninges pour trouver les réactifs approprié pour leur mise en évidence. C’est à dire, du travail de recherche et de création.

 

Le ruudga à un moment donné a été marginal de la grande famille des instruments. Pourtant, il a fait des honneurs dans la société traditionnelle. Depuis des lustres, il a été au service des personnes les plus modestes et les humbles d’esprit. Des personnes qui s’était fait griot dans les palais royal, de simple musiciens dans les cérémonies, les cabarets, et même à qui voulait l’écouté en contrepartie de quelconque présent. C’est en fait, pour cette raison d’ailleurs que l’étiquette de pauvreté lui a été collée, l’instrument et ses joueurs. En quelque sorte, c’est l’image démon qui explique le désintéressement. La peur, la croyance était de toute part que l’instrument était destiné au… ou est du moins prédestiné au nécessiteux de la société (les personnes frappé de cécité et de mendicité). Cependant, il n’en est pas le cas à en croire les promoteurs de l’instrument, mais force est de constater que même de nos jours dans la société actuelle, les meilleurs joueurs du ruudga reste dominer par les personnes qui souffrent des maux ci-dessus cité: cécité et mendicité. (Comme vous pouvez le remarquer photo des artiste ci-contre).

 

 

Nouss Nabil, artiste musicien, joueur de ruudga, pionnier dans l’utilisation de l’instrument dans la musique moderne. « Il n’en est rien ». Pas besoin d’aucune initiation pour jouer le ruudga

Grâce à son travail de recherche et de création, Nouss a pu mettre sur les rails les sonorités hors norme et hors commun de l’instrument dans la musique tradi-moderne burkinabè, voir, exclusivité premier mondial.

 

D »ors et déjà, s’il n’en est rien, il n’en est point exclut de penser au mystère qui plane toujours sur l’instrument. Dans le film documentaire de Mr Gidéon, on peut bien entendre les doyens, joueur professionnel et expérimenté qui révèle  un tout petit peu le coté mystique de l’instrument.

Instrument des esprits ou des génies? La question mérite d’être posée

 

Quant à Nouss Nabil en tout cas, il a été soumis à l’épreuve de l’instrument, il affirme avoir eu fréquemment des visions, des hallucinations et à un moment donné avait été traité de possédé, de fou par son entourage.

El hadj, joueur de l’instrument en témoigne la véracité. Comme quoi le ruudga est hors norme, il appel sans distinction, ni de race, ni de religion. « Le ruudga n’est pas un simple instrument de musique. Il a une dimension spirituelle et occulte » a soutenu l’El Hadj.

Tout comme Michel, 50 ans de carrière avec l’instrument (photo ci-contre) vérifie l’aspect mystique de l’instrument. Il dit avoir marché à pied de son pays le Burkina, vers la Cote d’Ivoire et le Mali où il partait donner ces prestations musicale. Grosso modo, tous parle le même langage.

 

Chez Michel, c’est encore plus étonnant. Bien avant de se mettre sur scène ou du moins, à toucher de son instrument, celui-ci profère des incantations. Il invoque les quatre forces, les ancêtres, et les génies.

 

Comme quoi le Ruudga, en tout cas pour ce qui est du Burkina Faso n’est vraiment pas un instrument banal. L’artiste Nouss qui compte le promouvoir de partout dit avoir des projets aussi fou pour l’avenir de l’instrument.

 

Maxime COMPAORE pour zembalaculture

(photo Gidéon V)

 

zembalaculture@gmail.com

sauvegarde, promotion du patrimoine culturel & défense du secteur des arts



18/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres