INFORMATION, CULTURE, DICTION, VALEURE MORALE AFRICAINE

INFORMATION,  CULTURE,  DICTION,  VALEURE MORALE AFRICAINE

Karim Namoano remporte le « Mil d’or » 2013

La semaine du cinéma scientifique a refermé ses portes le 16 novembre 2013 à l’Institut français du Burkina. Projection de films scientifiques sur l’eau, formation de jeunes au documentaire scientifique, et le concours du documentaire scientifique ont été les actions marquantes de l’évènement. C’est notre confrère de la télévision nationale qui s’est adjugé le prestigieux Mils d’or pour son film intitulé : « L’eau de la honte ».

 

filmscienti.jpg

 

« L’eau de la honte ». C’est ce film documentaire de 26 mn réalisé par Karim Namoano, journaliste à la télévision nationale du Burkina qui a remporté le prestigieux trophée appelé « Mil d’or » 2013. Une compétition organisée à l’occasion de la semaine du cinéma scientifique qui a s’est tenu du 12 au 16 novembre 2013.

 

La pertinence du thème et le traitement scientifique ont valu au nouveau réalisateur d’inscrire son nom au palmarès de cette compétition. L’œuvre retrace le circuit d’alimentation des barrages de Ouagadougou à partir des eaux de pluies, mais également à partir des eaux sales provenant des ménages, des usines et des hôpitaux. Des eaux qui, après traitement de l’office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA), souvent, nous reviennent en eau de boisson. Le film donne la parole aux chercheurs qui mènent des études sur le sujet. Et les résultats qui s’y dégagent sont très alarmants.

 

Motivé à poursuivre dans la réalisation

Le film a donc convaincu les membres du jury. Huit autres films étaient en compétition. Des attestations ont été remises à l’ensemble des nominés (candidats).

Avec cette distinction, ce journaliste qui s’aventure dans la réalisation ne peut qu’être motivé davantage à poursuivre. Même si les conditions de réalisation étaient des plus difficiles puisque Karim Namoano a dû le faire sur fonds propre. Mais, « à travers ce prix, c’est beaucoup d’autres personnes qui sont honorées à savoir l’Association des journalistes scientifiques du Burkina, les enfants et toutes les personnes qui utilisent ces eaux ou les traversent sans savoir qu’ils s’exposent à des maladies  », soutient le lauréat.

 

Même s’il est très ému par cette distinction, Namoano suggère à l’IRD d’accompagner financièrement les lauréats. « Ce serait une opportunité pour permettre à beaucoup de jeunes de participer. Il serait aussi intéressant de désigner un 2e et même un 3e pour encourager davantage les participants », plaide-t-il.

 

Favoriser l’émergence de la culture scientifique

L’IRD travaille en collaboration étroite avec les dynamiques et stratégies scientifiques du Burkina. «  Nous devons épauler les systèmes de recherche avec lesquels nous voulons collaborer », soutient Pr Jean-Marc Leblanc. C’est donc dans le cadre de cette collaboration avec le ministère de la recherche scientifique que l’IRD portons à bout de bras, avec l’Institut français, la tenue de la semaine du cinéma scientifique, un évènement favorisant la culture scientifique. « Ce qui va dans le droit fil de la stratégie du gouvernement et, pour nous, améliore les collaborations scientifiques avec les équipes de l’université et les centres de recherche », pense Pr Leblanc. Car, « quand on dit que la recherche contribue au développement, c’est tout un système. C’est des chercheurs, c’est de la valorisation et c’est de la médiation. Dans cette chaine, vous médias, vous avez votre part de responsabilité pour que la recherche serve véritablement au Burkina Faso ».

 

Fini donc, la semaine du cinéma scientifique 2013. Rendez-vous est pris pour 2014, avec l’espoir d’enregistrer plus de candidatures pour le « Mil d’or ».

 

Moussa Diallo

Source: Lefaso.net



19/11/2013

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres