INFORMATION, CULTURE, DICTION, VALEURE MORALE AFRICAINE

INFORMATION,  CULTURE,  DICTION,  VALEURE MORALE AFRICAINE

Festival Yeleen, Sillob et colloque internationale pour cette fin d’année

Festival Yeleen, Sillob et un Colloque internationale en même temps. C’est la prouesse qu’a réussi Hassane Kouyaté et la maison de la Parole. Vendredi 27 décembre 2013, le Centre Djeliya de Bobo a vibré au cours de la cérémonie de lancement de ces activités. En présence de nombreuses personnalités dont les marraines, Nora Khenouf de la France et Assita Ouattara du Burkina Faso.

entrcultu2.jpg

 

Festival Yeleen ou le Festival de contes et des arts du récit rime avec oralité. Pionnière dans la formation des conteurs à Bobo-Dioulasso, la maison de la parole, pilotée par Assane Kouyaté, par ailleurs fils du regretté et célèbre acteur burkinabè Danny Kouyaté tient bon an, mal an son activité phare. Avec comme thème « Raconte-moi chez toi », la 17éme édition du Festival Yeleen se veut être celle de l’intégration des peuples. Comme durant les éditions passées, Festival Yeleen 2013 animera la ville de Bobo à travers contes et concerts. Notamment à l’Institut Français et au Centre Djeliya. Tout part de la parole, et à travers l’oralité, la Maison de la parole entend apporter sa pierre à l’intégration tant prônée par les politiques. Une chose que le parrain de la présente édition, le Dr Alfred Sanou place dans la vision du Chef de l’Etat burkinabè, « Blaise Compaoré a longtemps prôné l’intégration des peuples et s’investie dans la sous-région en s’appuyant sur sa grande connaissance des peuples afin que la paix règne dans cette partie du continent  »

Du Festival au Salon international de la littérature orale du livre de la jeunesse de Bobo (SILLOB )

Au gré des expériences, il a été jugé utile d’arrimer le Salon international de la littérature orale du livre de la jeunesse de Bobo (SILLOB ) au Festival Yeleen. Principalement destiné au public jeune, ce salon se veut être un créneau de rapprochement du livre aux lecteurs pour plus d’instructions et de savoir. Mais aussi, un facteur d’intégration, d’éveil de conscience et du gout de l’oralité. Preuve qu’il y’a un retour de l’ascenseur selon Assane Kouyaté, le ministère de la Culture togolais a octroyé 5 bourses à des enfants pour s’inspirer de l’expérience burkinabè. Egalement présente pour l’aspect livre et éducationnel du Sillob, la co-marraine du Sillob 2013, Norah Khenouf, conseillère municipale à Saint-Etienne en France a, à travers anecdote et constat illustrer l’importance du thème « Rôle et place de la femme dans l’éducation des enfants » de la 4éme édition du Sillob.

 

Le colloque international« Conter le développement »

Le colloque international « Conter le développement » avec comme thème « Arts du récit et développement en Afrique » passe pour être une des innovations dans le monde des conteurs de la sous-région. Co-animé par la Maison de la Parole du Burkina et la Compagnie Naforo Ba de la Côte-D’Ivoire, il rassemble des conteurs venus de l’Afrique. « Rôle des contes dans le développement économique, social et culturel dans les sociétés africaines  » et « Création des centres de l’oralité et projet de développement culturel et d’éducation artistique  » sont deux des thèmes de ce colloque. Respectivement animé par Soumaila Boukary, du Niger et Ousmane Bamboura de la Guinée Conakry » ils ont suscité l’intérêt du public à la salle des fêtes de la mairie de Bobo-Dioulasso ce samedi 28 décembre 2013. Des échanges au cours de ce colloque, la député Assita Ouattara, espère un souffle nouveau et un apport des conteurs dans le processus du développement du Burkina et de l’Afrique.

Ousséni BANCE

 

Source: Lefaso.net



30/12/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres