INFORMATION, CULTURE, DICTION, VALEURE MORALE AFRICAINE

INFORMATION,  CULTURE,  DICTION,  VALEURE MORALE AFRICAINE

Aminata Sanou, danseuse chorégraphe : « J’ai renoncé à mon BEPC pour représenter le Burkina à une rencontre de danse »

Danseuse, elle l’est, et passionnément. Née d’un père forgeron et d’une mère griotte, elle est la benjamine d’une famille de six enfants dont quatre sont des artistes professionnels qui font la fierté de la culture burkinabè, au pays et à l’international. Directrice de la Cie Aminata Sanou-Tamadja International, Aminata Sanou, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, réside à Carvin, en France. Elle est mariée et mère d’un enfant.

aminata.jpg

 

« Je m’appelle Aminata Sanou, je suis née le 21 Août 1987 à Bobo-Dioulasso, Burkina Faso d’un père forgeron Abdoul Karim Sanou et d’une mère griotte Fatoumata Dembélé dite Watta. Nous sommes six frères et sœurs dont quatre sont des artistes professionnels. Je suis la directrice artistique de la Cie Aminata Sanou-Tamadia International et des rencontres artistiques et culturelles à Carvin « Festival Tamadi’Arts ». Je vis à Carvin, dans le nord de la France depuis 2011 où je mène mes activités ». C’est ainsi que se présente Animata, affectueusement appelé Ami, danseuse professionnelle. Née au Burkina et ayant grandi à Bobo-Dioulasso, Ami confie avoir appris la danse traditionnelle dès son jeune âge. « C’était lors des cérémonies de mariages et de baptêmes » se souvient-elle encore, des cérémonies au cours desquelles elle a côtoyé de grandes figures de la danse et de la musique traditionnelles. En effet, à 5 ans déjà, Ami était une fierté pour sa maman qui se plaisait à faire des vidéos de ses « prestations ». C’était, pour cette mère, confie la danseuse de rappeler plus tard à sa benjamine sa passion, son passetemps favori.

lire la suite sur yenenga.net



21/08/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres